De l’audace de l’innovation ou comment vivre de dangereuse création !

Ce mardi 11 juillet, KRONOS a accueilli Jean-Charles CAILLEZ pour une journée Innovation.

Innovation et Audace

L’objectif ? Parler créativité, innovation et faire du Co-design sur une problématique sur laquelle KRONOS cherchait des idées qui cassent les codes… Quel plaisir !

Alors d’abord, au cas où vous ne connaitriez pas Jean Charles CAILLEZ, plus connu dans le milieu sous le nom de « JC2 », c’est une sorte de « pile électrique autonome » qui ne s’arrête jamais… jamais ! Ebullition intellectuelle (et verbale !), audace et décentrage sont des marqueurs forts de son approche. Mélangez tout cela à une grande dose de passion et vous avez une journée détonante ! Derrière JC2, c’est une équipe de 15 personnes au Laboratoire d’Innovation Pédagogique (L.I.P) de l’université Catholique de Lille, une équipe de passionnés qui soutient la démarche depuis 5 ans.

Pourquoi acculturer Kronos et injecter des processus d’innovation ?

La période que vivent toutes les entreprises est une incroyable opportunité pour ouvrir de nouveaux espaces, tester de nouveaux modèles, aller dans la disruption, oser la créativité. Aujourd’hui, de grandes entreprises françaises font appel à JC2 et à son équipe pour comprendre, par l’expérience, l’univers qui les attend… Chez KRONOS, on s’est dit que ce serait bien d’aller nous y frotter car la créativité nous passionne et est nécessaire dans notre métier de consultants, mais aussi parce que nous cherchons toujours à repousser nos limites pour nos clients. Au-delà de l’énergie collective qui se dégage de ces moments, je voudrais ici partager 3 enseignements qui me semblent essentiels à l’issue de cette journée pour comprendre, au-delà des techniques, les enjeux qui sous-tendent les processus de créativité et d’innovation.

 

D’abord, de l’audace

J’avais déjà eu l’occasion de rencontrer JC2 dans le cadre de la semaine MOZAIC et, ce qui m’avait particulièrement marqué c’est l’audace des méthodes et des intervenants. En particulier, l’atelier bouffonnerie avec Massimo Agostinelli (master bouffon teacher – chorégraphe) qui accompagne les artistes du cirque du Soleil. Cracher, hurler, faire l’idiot, aller chercher en soi le bouffon… et le révéler sans complexe. Simple exercice de gesticulation ou processus de décentrage ? La classe inversée, la conférence renversée (faite chez KRONOS avec 120 managers de RTE sur la confiance – un super moment !), toutes ces méthodes décalées partent d’un même point : Le courage de faire ce qui n’existepas, plus, ou pas jusque-là. Sans audace, sans courage, sans « pas de côté », impossible d’enclencher un processus de créativité. Les entreprises qui cherchent la disruption doivent accepter que s’expriment les rebelles, les non-conformistes, les trublions, les rêveurs, les farfelus… Car c’est à leur contact que les plus conformistes (dont on a besoin aussi bien sûr) se lâchent et complètent l’énergie créatrice. Albert Camus dans un de ces derniers discours parle de « création dangereuse » pour évoquer ce mouvement émancipateur qui anime autant « l’Etranger » que « l’Homme Révolté ». C’est peut-être entre-deux que se trouve le chemin qui mène à l’innovation ?!

 

innovation

Ensuite, des échecs !

Et oui, encore une fois, la culture de l’excellence, de la réussite, le beau, le nickel, le tout du premier coup, le premier de la classe, le gendre idéal…tout ça vole en éclat en processus de co-design. Charles PEPIN dans son ouvrage « Les Vertus de l’échec » nous rappelle combien les grands inventeurs, artistes, musiciens ou chefs d’entreprise ont échoué avant de réussir. L’échec est pour lui une « résistance de la réalité » qui nous rappelle que nous ne sommes pas « tout puissant ». Dans les processus qui mènent à l’innovation, il y a une phase intermédiaire entre la créativité et l’innovation qu’est le prototypage. A cette étape, il faut (surtout !) essayer et se tromper pour affiner, corriger, rectifier dans le but d’améliorer. L’échec n’est pas vécu comme une « erreur », un manquement, un loupé mais comme un élément attendu et souhaité qui « apprend » quelque chose. Cette approche est fondamentale pour l’innovation mais au-delà aussi. Dans la vie, la réussite ne nous apprend rien. Elle nous donne de l’énergie, elle nous donne confiance en nous et c’est fondamental de vivre cela. Pour autant, le succès nous apprend beaucoup moins que les échecs qui eux nous apprennent sur nous, nos idées, notre vision des choses.

Enfin, du maillage

Dernier élément majeur au service des processus d’innovation : Le maillage. Derrière ce mot se cache l’idée de réseau, de coopération, d’interconnexion pour faire vivre et étendre l’innovation. Cette dernière idée est moins « perceptible » lorsque l’on se penche sur le sujet de l’innovation mais elle est en fait majeure. Créer des connexions, c’est en fait permettre de faire « circuler » et se « répandre » l’innovation et surtout, la porter par un maximum de monde pour qu’elle soit durable. A l’ère du net et du viral c’est évident bien sûr mais en fait on parle aussi et surtout ici d’une posture, d’un comportement à adopter : ouverture – partage – don.

innovation

 

Réussir un projet d’innovation, c’est intégrer très tôt en amont tout un écosystème pour le faire vivre et porté par un grand nombre de personnes afin de tester et se tromper, améliorer et enfin répandre grâce au réseau. C’est aussi encourager les échanges, c’est discuter du sujet, c’est le faire vivre avec passion, c’est donner envie à de nouvelles personnes de rejoindre le réseau, quelle que soit l’étape pour enrichir les points de vue et répandre l’innovation. Dis autrement, innover sans relier ne sert à rien et nie la dimension éminemment humaine et émotionnelle que l’on appelle facilement aujourd’hui U.X : expérience utilisateur.

Vous l’avez compris, de plus en plus passionnés et engagés dans l’innovation organisationnelle et managériale, nous creusons notre sillon pour accompagner les transformations managériales et humaines par des approches durables et profondément ancrées dans les réalités présentes et à venir de nos clients.

Innover dans la joie pour oser sortir de la « boite » et marcher tous ensemble vers la « création dangereuse » c’est peut-être çà le secret des entreprises qui réussiront leurs transformations.

A bientôt

Pierre EGIDO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>