La réalité virtuelle s’empare des soft skills

L’impact des nouvelles technologies vient bouleverser le monde de la formation.

1 – De la machine au monde numérique :

Toute l’histoire de l’humanité qui commence il y a dix mille ans, est une histoire non triviale, c’est-à-dire une histoire faite d’imprévus, d’inattendus, de destructions et de créations, nous dit Edgar Morin. J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que jeune ingénieur dans les années 80. A l’époque, la machine à écrire, outil majeur de la secrétaire, commençait à être électronique et le téléphone était fixe. L’internet s’appelait Minitel et le fax était un outil de communication révolutionnaire !

Et puis, tout s’est accéléré! Les machines ont très vite acquis de la mémoire et leurs algorithmes de calcul se sont complexifiés. En dix ans, les ordinateurs ont envahi nos espaces de travail et de loisir, le téléphone portable est devenu l’outil de convergence de nos relations. L’évolution de notre monde est devenu exponentielle et, aujourd’hui, nous stockons « naturellement » nos données personnelles dans le cyber espace, nous interrogeons nos objets pour un conseil ou une action et jouons à attraper des personnages virtuels dans notre jardin.

Les sciences et la philosophie qui nous présentaient le monde du XIX° siècle déterminé et mécanique, ont engendré l’indétermination, ouvert le champs de tous les possibles imaginables et substitués à notre raison, les processus des objets intelligents.

Notre monde, les organisations, les systèmes sont devenus complexes. La multiplicité des éléments qui les composent sont en interaction permanente afin de générer des forces stabilisantes, mais aussi déstabilisantes, disruptives et chaotiques.

La raison d’être de Kronos est d’accompagner les organisations à travers l’instabilité interne et l’imprévisibilité de l’environnement, afin de créer des espaces d’initiatives, d’expérimentations et d’innovation à la recherche permanente d’un nouvel équilibre.

2- Importance du développement des soft skills

Cette quatrième révolution industrielle (IA, Big data, objets connectés,…) vient bouleverser notre environnement et notre manière d’interagir. L’évolution  disruptive des marchés et des technologies vient impacter de plus en plus fortement le quotidien des entreprises et des salariés. Adaptation rapide, innovation créatrice de valeurs et mode collaboratif pour faire émerger l’intelligence collective, deviennent les perspectives vitales pour toutes organisations. Les compétences techniques s’acquièrent de plus en plus de manière digitale mais, l’appétence pour le savoir, la création destructive de notre adaptation et l’audace de notre remise en question demeurent essentielles pour devenir, dans ce monde perçu à travers nos peurs, souvent comme chaotique.  Pour cela, les soft skills représentent les compétences comportementales individuelles et collectives essentielles pour répondre à ces enjeux.

3- Les freins au développement des soft skills

Lors de notre apprentissage vers l’âge adulte, nous nous sommes forgés de nombreux repères, notamment en termes de héros, réels ou virtuels. Lorsque l’enfant joue à être Zorro, il fait « comme si » et bien qu’il sache qu’il ne l’est pas vraiment, il s’approprie, au fur et à mesure de ces jeux, les qualités et caractéristiques de ses héros. L’apprentissage sans appréhension se développe naturellement.

Mais, arrivé à l’âge adulte, notre plasticité cérébrale évolue. La capacité à se remettre en question et à innover dans notre comportement s’oppose à nos mécanismes de protection liés à nos peurs. Et il s’avère que sans sollicitation, la plupart des personnes préfèrent demeurer dans leur zone de confort, lieu de l’habitude et des routines, adoptant des postures et répétant des schémas dont le sens est perdu et l’efficacité amoindrie.

A contrario, cette capacité, mise en évidence par les sciences cognitives, se développe dès que nous la stimulons. A travers des expériences fortes, vécue en environnement protégé, je prends conscience des éléments intrinsèques sur lesquels je peux agir afin de développer mon bien-être et mon efficacité. C’est dans cette perspective que nous utilisons la réalité virtuelle, en tant que vecteur et tremplin du devenir.

4- La réalité virtuelle, catalyseur de l’apprentissage, nous immerge dans le monde du jeu (Je) dans lequel, naturellement, nous faisons « comme si » nous étions un héros, nous rendant ainsi ouvert à l’acquisition de nouvelles compétences comportementales. Celles-ci seront confrontés par la suite à la réalité professionnelle afin de les ajuster et les affiner aux contacts réels des autres et des enjeux.

5- Clés de performance de la Réalité virtuelle.

Nous avons retenus 3 critères pour une utilisation efficace de la réalité virtuelle, c’est-à-dire diminuer la résistance à l’apprentissage et améliorer le transfert des compétences acquises.

  – Le réalisme : La qualité de l’expérience vécue, de l’environnement expérientiel qui immerge l’apprenant hors zone connue car hors zone de confort. Chaque apprenant vit la même expérience, soit en individuel, soit en équipe. Pour cela, nous utilisons un vrai simulateur de vol dont l’utilisation a été simplifiée.

La puissance : Amenée par la crédibilité des intervenants, notamment par l’animation de la séquence par un véritable pilote de chasse sur avion rafale au sein de l’aéronavale accompagné par un préparateur mental en charge des pilotes de chasse avant mission

L’attractivité : Elle repose sur la qualité du scénario. Ceux-ci sont constructifs et positifs, de la reconnaissance et du largage de vivres et de médicaments. Des consultants assurent le lien entre l’expérience en vol et la situation réelle de leadership à aborder.

Réalisme, puissance et attractivité pour se remettre en question, changer son regard sur soi et oser tester d’autres comportements.

Nos sujets d’apprentissage sont multiples : de la cohésion d’équipe à la gestion du stress, du lâcher-prise à la gestion de projet, du lien leadership – membership à la dynamique d’apprentissage par l’erreur et toutes les autres en cours de conception.

Pour conclure cet article, un exemple de dispositif : Dynamique d’apprentissage par l’erreur !

L’erreur est un formidable mur auquel nous nous heurtons. Notre apprentissage a été réalisé à travers nos multiples erreurs. Et pourtant, arrivé à l’âge adulte, il nous est souvent très difficile d’en parler, de l’entendre ou de la reconnaître.

Pourtant, elle demeure une source essentielle d’innovation et d’amélioration continue.

Le territoire d’apprentissage que nous proposons, se compose de 3 phases :

Prendre conscience : A travers une mission aérienne, menée en réalité virtuelle durant une journée, l’objectif est comprendre la posture et appréhender les outils et méthodes pour instaurer une dynamique d’apprentissage de ses erreurs. En immergeant totalement le manager dans un environnement décalé, la réalité virtuelle fait de lui un réel acteur en interaction forte avec son équipe. L’expérience ressentie se fait à la première personne. La prise de conscience est effective, la compréhension des outils et méthodes devient naturelle et la mémorisation augmentée.

Expérimenter : Durant un mois, l’apprenant est invité à tester et expérimenter, avec ses équipes, les acquis de sa découverte de la première journée. A travers des tests et des expérimentations menées dans son environnement professionnel, le manager travaille sa posture et améliore sa maîtrise au contact de sa réalité. L’ajustement comportemental devient opérationnel.

Approfondir : Durant une journée, après un partage des retours d’expériences, nous proposons  aux apprenants de mener une mission de production vidéo, rythmée par des arrêts sur image centrés sur l’anticipation et la valorisation des erreurs. La posture se forge, la maîtrise des outils et méthodes devient effective et l’ancrage des nouvelles pratiques réelle.

A bientôt.

Visionnez notre teaser sur Youtube ! 

Visionnez le replay du Webinaire jusqu’au 30 Juin 2019 sur Webikeo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *