Le télétravail : Une belle preuve de confiance !

Le télétravail

LA CONFIANCE COMME PILIER MANAGÉRIAL

Le télétravail demande une confiance mutuelle entre le salarié et l’employeur, je dirais même que c’est une condition sinéquanone ! Si ce contrat de confiance” n’avait pas été établi dès le départ, mon télétravail aurait sans doute pris une toute autre forme !

J’imagine, si mon manager n’avait pas “lâché prise”, en perdant en quelques sortes une forme de contrôle sur mon travail, le sens même de mon télétravail en aurait été dépouillé ! S’il me surcontrôle, c’est sans doute qu’il ne me fait pas confiance, la suspicion s’installe alors aussi de mon côté et j’aurais pu très vite me désinvestir.

Le télétravail requiert donc un changement important de posture de la part du manager et c’est d’ailleurs leur principal frein, pour la plupart, à instaurer le télétravail : La peur de la perte de contrôle, la peur que le salarié se désinvestisse, et donc le manque de confiance. La relation entre les deux parties prenantes doit être saine et le manager, dans des prédispositions de reconnaissance vis à vis de son salarié.

Pour ma part, la confiance était déjà là et le télétravail n’a fait que la renforcer. C’est donc tout naturellement que j’ai continué à être impliquée, même hors du bureau. Je dirais même que dans un premier temps, j’étais surinvestie ! C’est comme si la confiance que mon manager m’avait confiée, il fallait que je la conserve et que j’en prenne soin, mais de façon décuplée !  A mon sens, sa préoccupation première n’était donc pas être “Comment je vais pouvoir contrôler son travail ? En lui demandant de brancher sa webcam ? En mettant en place un système de pointage ? En lui passant des coup de fils surprise ?” mais plutôt de m’aider à canaliser mon engagement pour que je puisse tenir dans le temps ! Vous allez me dire que c’est le monde à l’envers ! . Les télétravailleurs témoignent d’un engagement et d’une productivité supérieurs (+22%) par rapport à une forme de travail classique, qui tend parfois au surinvestissement.

Attention donc à ne pas s’épuiser dans le temps ! Il est également primordial de poser un cadre clair et d’organiser des points d’échanges réguliers. Ainsi, il sera plus facile de parler des difficultés que le salarié peut rencontrer, cela demande une sincérité mutuelle. Avec une bonne préparation, et au fil du temps, on apprend à gérer son télétravail, son temps et à équilibrer sa productivité.

LA CONFIANCE ENTRE COLLÈGUES

Si le télétravail permet de se concentrer et de produire, il isole… de ses collègues ! La distance physique crée également une distance psychologique. Il est donc important de se fixer des moments en équipe, à distance ou de visu.

Si la confiance du manager a été confiée comme condition sinéquanone, celle des collègues ne l’était pas pour autant, elle est donc à conquérir. En effet, certains de nos collègues peuvent ressentir une forme d’injustice car tout métier ne peut pas être télétravaillable à la même fréquence (une certaine iniquité est alors ressentie). Ce ressentiment peut alors nous amener à nous mettre une forme de pression. Pour ma part, je me voyais courir sur le téléphone dès qu’il sonnait pour ne pas entendre la petite remarque grinçante “Ca va ? Je ne te réveille pas? ?!”  Je me sentais obligée alors de me justifier, je craignais aussi  d’être “mise de côté” et ne plus faire partie du groupe.

Pour éviter ces pièges, j’ai commencé à  anticiper en communiquant sur mon télétravail, mais sans tomber dans la justification permanente, travailler sur des projets en équipe, créer des moments informels pour éviter l’isolement, qui aurait pu me mener au désengagement.

Je dirais même que j’ai su tirer partie de cette prise de distance physique et psychologique pour des projets de plus grande envergure, qui nécessitent une réflexion intensive. J’ai gagné en prise de recul,  en ouverture d’esprit et j’ai osé voir les projets avec une plus grande envergure . 

Une fois cette quête de légitimité engagée et la confiance des autres gagnée, reste à avoir confiance en soi ;)

ET LA CONFIANCE EN SOI

Vous me direz… La confiance en soi, ça se travaille chaque jour ! On apprend en effet chaque jour à se connaître un peu mieux en développant sa maturité et lucidité.

En faisant du  télétravail, j’ai du veiller à ne pas devenir mon propre ennemi.

J’ai cherché puis trouvé mon propre rythme, affirmé mon autonomie et me suis imposée des limites pour éviter justement  ces surjustifications, l’ennui, le surinvestissement et les blocages. J’ai vu se développer ma capacité à m’auto-gérer et m’auto-motiver. Bref, à me prendre en main !

L’environnement personnel (et professionnel) aide à développer la confiance en soi.

Si le télétravail ébranle de façon considérable la barrière entre le professionnel et le personnel, il permet aussi de trouver un meilleur équilibre entre ces deux sphères. En effet, le temps que vous ne passez pas dans les bouchons, peut être réinvesti dans du temps passé en famille ou dans des loisirs.

La confiance du manager, lorsqu’elle est authentique, développe indéniablement la confiance en soi et on se surprend à devenir de plus en plus autonome ! Vous développerez une âme d’intrapreneur(se) alors soyez transparent(e) avec vous-même, soyez transparent(e) avec vos collègues et avec votre manager, ça s’appelle la confiance mutuelle, et ça marche !

A bientôt

Carole et Alicia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>