Le phénomène « Bullshit jobs » – Pour aller bien, il faut se sentir utile

Le phénomène Bullshit jobs

Ils ont refait les titres de la presse en septembre dernier, les « jobs à la con », ces jobs absurdes pour les travailleurs ont mis en exergue un besoin : chacun souhaite trouver du sens à son travail. Cette revue de presse vous présentera le phénomène des « Bullshit jobs », les conséquences de l’absence de sens au travail et les tendances managériales qui en découlent.

Une dénonciation des Bullshit Jobs

Le terme « Bullshit jobs » est à l’origine une blague écrite par David Graeber, anthropologue et anarchiste, publiée en août 2013 par son ami éditeur. Il y dénonçait les métiers dits « à la con », des jobs qui n’ont aucun sens et qui frustrent les salariés.

Éloquent, le papier est un pavé dans la mare et fut rapidement traduit en 13 langues. Cinq ans plus tard, début septembre, le livre « Bullshit jobs » paru aux Editions : « Les Liens Qui Libèrent » assorti d’un bandeau « Un phénomène mondial » débarquait avec fracas dans nos librairies. Depuis des témoignages affluents et le crédibilise.

Fin septembre, Isabelle Saporta nous raconte qu’un jour,  »l’armée allemande a décidé que les soldats n’avaient plus le droit de déplacer eux-mêmes leurs ordinateurs d’un bureau à l’autre. Cette tâche épineuse revient désormais à des sous-traitants. Du coup, Kurt sillonne l’Allemagne conduisant entre 500 et 600 kilomètres chaque jour pour déplacer les ordinateurs de soldats qui eux, n’auraient eu que 5 mètres à faire pour réaliser la même opération… »

le bullshit jobs Kronos

Le 19 octobre dernier, l’Usine Nouvelle interviewait l’auteur. « Ce que vous décrivez n’est-il pas un problème de gosses de riches ? », nos ancêtres travaillaient avant tout pour nourrir leur famille, demande Christophe Bys à David Graeber qui lui répond « Ceux qui trimaient dans le passé ne se sont jamais dits « pourvu qu’un jour on nous paie pour faire semblant de travailler dans un bureau. Pour aller bien, il faut se sentir utile«  ».

En d’autres termes, « Bullshit jobs » est le best-seller des générations restées jusque-là étrangères à leur besoin vital de sens au travail. Pour les générations Y et Z, ayant grandi avec Internet, l’importance du sens au travail est une évidence qui prime sur leur prétention salariale. Si vous en doutiez, son absence a bel et bien des effets sur la santé.

Connaissiez-vous le Brown-out ?

Il y a un an, en octobre 2017, nous apprenions en lisant le Figaro  que la souffrance ressentie de ne pas (ou plus) comprendre son travail a été reconnue comme une pathologie par deux chercheurs britannique et suédois.

Baptisée « Brown-out », littéralement « baisse de courant », cette maladie s’ajoute à la famille des « Burn-out », excès de travail, et « Bore-out », l’ennui permanent au travail.

Très vite, en janvier 2018, Europe 1 nous en présentait une définition, celle du docteur François Baumann tirée de son livre « Le brown-out : quand le travail n’a plus aucun sens » – Éditions Josette Lyon. D’après ce dernier, les signes du Brown-out seraient les suivants :

  • l’accumulation d’excuses pour s’esquiver,
  • le désintérêt progressif de son travail,
  • le sentiment d’être inutile,
  • la lassitude,
  • la fatigue,
  • la question : ‘Qu’est-ce que je fais là ?‘.

le brown out, un salarié a bout dans une salle de pause avec un magazine sur le visage

Des symptômes contemporains déjà diagnostiqués il y a plus de cent ans… « Le sociologue Émile Durkheim (1858-1917) avait prédit que la perte de normes et de repères serait le prochain mal du siècle. » nous remémore Quentin Périnel du Figaro.

Son article nous partage également l’expertise d’une psychologue du burn-out à Lausanne, Nadia Droz. D’après elle, l’absence de sens aboutit à une « démission intérieure » qu’il « ne resterait plus qu’à concrétiser à l’extérieur… ».

Les valeurs redonnent de la dignité au travail

Que faire lorsque son travail a perdu tout son sens ? Une question à laquelle Florent, jeune ingénieur, a été confrontée. Son témoignage publiée mi-octobre par Le Monde était titrée  « J’ai démissionné pour exercer un métier qui a du sens ».

Plutôt que de fermer temporairement l’entreprise afin de contenir la fuite d’un gaz à fort à effet de serre, Florent s’est vu demandé de changer son diagnostic à des fins mercantiles. Il refuse. « Florent, il ne faut pas laisser tes valeurs personnelles interférer avec le travail. » lui aurait dit son employeur.

Avoir du sens au travail donne le sourire

Son entretien disciplinaire terminé, Florent ressent alors une éphiphanie, « Je suis devenu obsédé par ce besoin de trouver mon utilité, une vocation (…) pour rendre le monde meilleur. » confiait-il dans Le Monde.

Pour rebondir, il travaille le soir pendant deux ans à la création d’un journal qui sensibilise aux problématiques de la société. « L’utilité que je trouve aujourd’hui me donne plus d’énergie au quotidien qu’un bon salaire et des conditions confortables. » conclut Florent. Plus qu’un besoin de sens, apparaît en filigrane un modèle de management à bout de souffle.

Conclusion

Depuis septembre, le phénomène des bullshit jobs resurgit pour sensibiliser les DRH et les entreprises à un besoin singulier : donner un réel sens au travail des collaborateurs. Avérée, l’absence de sens dans leurs missions intoxique vos collaborateurs au point que certains démissionnent. Un leadership authentique s’avéra donc de plus en plus nécessaire pour allier les intérêts des collaborateurs à ceux de l’entreprise.  Par exemple, les générations dites Y et Z représentent l’avant-garde de ces futurs collaborateurs pour lesquels le sens est un préalable indispensable à l’engagement et à l’action.

Leadership pour du sens au travail par Kronos

Selon David Graeber, les bullshits jobs sont « un gâchis économique, mais aussi un problème spirituel : tous ces gens se sentent inutiles et profondément malheureux. »

Ces changements partent d’initiatives internes faisant de chacun de vos collaborateurs les acteurs de la transformation managériale de votre entreprise. Il est indispensable de les accompagner et de les emmener pour construire, avec eux, l’histoire à venir de l’entreprise.

Lors d’un prochain webinaire, le 12 décembre 2018 à 10H30, nous vous proposerons de creuser dans ce « sens ». Pour vous y inscrire :

« Managers : Comment (re)donner du sens au travail ? »

Managers : Comment (re)donner du sens au travail

Crédits : Icons designed by monkik | Flaticon
https://www.flaticon.com/authors/monkik

Strategy – Free business icons
https://www.flaticon.com/free-icon/strategy_993782

Icons designed by Freepik :
https://www.flaticon.com/authors/freepik

Yoga posture – Free sports icons
https://www.flaticon.com/free-icon/yoga-posture_55316#term=meditation&page=1&position=39

Don’t Know Posing – Free sports icons
https://www.flaticon.com/free-icon/dont-know-posing_20736#term=wondering&page=1&position=5

Man running – Free people icons
https://www.flaticon.com/free-icon/man-running_18057#term=running&page=1&position=89

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *